La palette riche en matière de Ian Davenport

La palette riche en matière de Ian Davenport

Ian Davenport naît en 1966 dans un district londonien. Il étudie au Goldsmith College, établissement spécialisé en art et design, dont il sort diplômé en 1988. La même année, il participe à l’exposition « Freeze », organisée par son camarade d’école, Damien Hirst. Les jeunes artistes qui y sont réunis seront plus tard baptisés les Young British Artists.

Au fil des hasards, la technique du peintre londonien évolue, et de peintre, celui-ci se convertit peu à peu en sculpteur de peinture. En 1990, Ian Davenport expose seul, et ses œuvres sont mises en avant au British Art Show. Mais ce n’est que l’année suivant, en 1991, qu’il obtiendra la reconnaissance internationale, devenant le plus jeune artiste nominé pour le prix Turner.

Aujourd’hui, ses œuvres ont trouvé leur place dans de nombreuses collections artistiques, comme celle de la Tate Gallery (Londres), le musée d'art de Dallas (Texas) ou encore la collection Wellkunst (Zurich). L’artiste, lui, vit et travaille à Londres.

  

 

 

 

À ses débuts, le jeune artiste privilégie la laque comme outil de travail, parce que la peinture à l’huile coûte cher et qu’il ne peut pas se le permettre. C’est ainsi qu’il développe peu à peu sa propre technique, le pouring, qu’il utilise dans la plupart de ses œuvres. Celle-ci consiste à verser différentes laques industrielles sur une surface plane, initialement posée à plat, puis à incliner cette surface à la verticale. Il laisse ensuite la gravité et le poids intervenir, et la peinture s’écoule jusqu’au sol.

En 2017, invité par Swatch à l’occasion de la Biennale de Venise, Ian Davenport réalise une œuvre gigantesque mesurant 14 mètres de long sur 4 mètres de large et comprenant plus de 1000 couleurs.

 

 

  

 

L’artiste crée aussi certaines de ses fresques verticalement, grâce à la technique du goutte à goutte qui consiste à projeter de la peinture sur un support à l’aide d’une seringue, puis à la laisser se répandre. C’est notamment la technique qu’il utilise pour les œuvres qu’il expose à l’occasion de « Days Like These », à la Tate Britain en 2003.

Ainsi, Ian Davenport transforme la peinture en compositions abstraites aux rayures vives. Les couleurs semblent s’y ordonner d’elles-mêmes en coulant, puis, une fois au sol, prendre vie et se rencontrer, se bousculant les unes les autres.

Le spectateur est également inclus dans cette chorégraphie colorée, car les laques brillent et chacun peut croiser son reflet dans le mur de couleurs solides.

 

Retrouvez son travail sur Instagram et son site internet

Left Continuer vos achats
Votre commande

Votre panier est vide