Aujourd'hui, nous avons le plaisir de discuter de créativité avec Frank Berzbach, auteur de Psychologie pour les créatifs et de L'art d'une vie créative

Nous avons traduit deux de vos ouvrages, portant sur la créativité et la psychologie. Pourquoi avoir écrit sur ces sujets ?

Faire quelque chose, être actif est l’un des sujets essentiels de la vie. Comment sommes-nous supposés agir ? Ces réflexions transforment la vie de tous les jours en un questionnement qui n’a pas de réponse simple. Dans mes livres, je me penche sur ces questions et j’essaie de pousser les gens à réfléchir. Mes ouvrages ne sont pas des guides, mais je souhaite y mettre en valeur des expériences. Cogiter et faire marche arrière sont de bons moyens d’échapper à la folie !

Les créatifs ont-ils une psychologie à part ? Quel principal conseil pourrait-on leur donner ?

Oui, je crois qu’ils ont une psychologie à part. Ils sont souvent en proie à des hésitations, à un sentiment d’insécurité, et ils éprouvent un besoin urgent d’agir. Ils résolvent les plus délicats problèmes qu’un cerveau humain peut prendre en charge. Personne ne prétend que la création est une chose aisée. Les créatifs doivent donc économiser leur énergie.

Pensez-vous qu’il soit possible de mener une existence créative sans exercer un métier créatif ?

Je ne crois pas en l’existence d’une classe ou d’une branche créative. Beaucoup d’artistes ou de concepteurs ne sont que des fournisseurs de service, il n’y a rien de créatif là-dedans. De nombreuses personnes qui exercent des professions apparemment dénuées de créativité sont finalement bien plus créatifs que ces « artistes ». La question d’une vie et d’un travail créatifs tient plus au mode de vie qu’à la profession que l’on exerce. On peut traiter les choses de façon créative, ou les considérer uniquement comme un dur labeur. Cela ne dépend pas de notre branche d’activité. La créativité est une occasion qui se présente naturellement.

Quel sera le sujet de votre prochain ouvrage ?

Mon troisième livre vient juste d’être publié en Allemagne. Il se nomme Formbewusstsein (« La conscience de la forme ») et se présente comme une suite de L’art d’une vie créative. Il y est question de la routine quotidienne, qui est importante pour les créatifs. La créativité commence chez soi, avec ce que l’on mange, ce que l’on aime, ce que l’on porte comme vêtements, ce que l’on consulte comme média et le rapport que l’on entretient aux objets. Cet ouvrage est à nouveau influencé par la psychologie, la philosophie et le bouddhisme zen. Joseph Beuys écrivait que tout ce que l’on fait prépare le processus créatif. C’est pourquoi nous devons porter attention à notre routine quotidienne, si nous voulons mener une vie créative. Le livre prend un bon départ. Il est paru en juin et je multiplie les présentations publiques depuis !

Rencontre créativité

Partager ce post